Parler de la situation des réfugies, ce vendredi à Vannes

Communiqué du Collectif Secours aux réfugiés en Grèce

Si vous souhaitez nous rejoindre, nous organisons une rencontre ce vendredi 8 juillet à 18h30 à la Maison des associations à Vannes.

Au programme : témoignages de nos bénévoles, aussi de notre ami Yamen qui avec toute sa famille est toujours dans un camp en Grèce ( en espérant d’avoir la connexion Skype ), également, nous attendons Bruno Pilorget, auteur des carnets « Les enfants de l’espoir, pour un monde solidaire », aussi sont au programme les danses du monde, et d’autres moments festifs.

_JUILLET

https://www.facebook.com/AssociationADAM56/?fref=ts

Contact : a.d.a.m.actions@gmail.com

3

Depuis la fermeture officielle de la route des Balkans, début mars, 41,953 personnes sont toujours bloquées en Grèce. Parmi elles plus de la moitié sont des femmes et enfants.

« Les deux tiers des nouveaux arrivants sont des femmes et des enfants. Certaines femmes ont fait le voyage seules avec leurs enfants, d’autres sont accompagnées de plusieurs enfants et d’autres encore sont enceintes.
La relocalisation depuis la Grèce vers d’autres pays de l’UE est lente et des réfugiés et migrants continuent d’arriver, quoiqu’en nombre plus restreint.
Certains des centres d’hébergement dans lesquels je me suis rendu étaient déjà
surpeuplés, tandis que d’autres étaient proches de la saturation. »
Extrait du rapport de Tomáš Boček,
Représentant spécial du Secrétaire général du Conseil de l’Europe
pour les migrations et les réfugiés, mai 2016

De nombreuses associations et particuliers sont engagés au niveau local et national auprès des réfugiés et migrants.
Après la fermeture de la route des Balkans, début mars 2016, puis les accords entre l’Union européenne et la Turquie, signés le 18 mars dernier, le nombre de personnes en exode a diminué en Europe. Toutefois leur détresse, les appels au secours n’ont jamais été aussi intenses.
Particulièrement inquiets de la situation des femmes et enfants bloqués dans les camps en Grèce nous nous sommes engagés à leur porter secours.

Alertés par des conditions de vie de ces personnes vulnérables à travers les témoignages des bénévoles de l’association Actions pour le développement et l’accompagnement des mineurs (ADAM), qui se sont rendus dans le camp dans le nord de la Grèce nous souhaitons agir dans les plus brefs délais.

Également, nous avons appris par la sœur d’une des réfugiés accueillie à Vannes que la situation est désespérante dans un camp près d’Athènes.

A présent, le peuple grec vient en aide à 41,953 personnes, dont à 8,595 sur les îles. Cependant, se trouvant déjà fort démunis, les Grecs ont besoin de notre soutien.
Plus d’une trentaine de sites ont été aménagés pour l’accueil des réfugiés. La promiscuité et le manque d’hygiène, sans oublier les grandes chaleurs d’été de cette région de l’Europe peuvent être fatales pour la santé et la vie des enfants.

Nos objectifs sont :
– apporter un soutien financier aux associations travaillant auprès des réfugiés sur place,
– ouvrir un pont humanitaire pour les plus jeunes enfants et leurs mères.
Pour mener à bien ces engagements nous allons organiser des actions culturelles et d’information pour collecter des fonds.
En s’appuyant sur les textes et les déclarations existants, nous demandons instamment aux pouvoirs publics la prise en charge de cette population vulnérable, condamnée à vivre dans les camps en Grèce depuis mars 2016.

2 1

GreeceSites20160705

http://data.unhcr.org/mediterranean/country.php?id=83

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *